Voici une liste non-exhaustive des principaux monuments de la ville de Toulon.
Toulonnais.com vous offre la possibilité de compléter notre travail de documentation. En vous rendant dans la partie Vos anecdotes sur Toulon, vous pourrez nous faire parvenir un complément d'information que nous nous ferons un plaisir de publier sur le site si nous jugeons qu'il peut l'enrichir.
Alors...à vos claviers !

Utilisez les flèches rouges pour faire défiler le texte.

Pour découvrir Toulon et ses monuments, pensez à réserver votre séjour dans l'un de ses hôtels.
Cliquez ici pour plus de détails.


La Place de la Liberté et
le Monument de la Fédération


Véritable place centrale de Toulon et point de ralliement pour beaucoup de Toulonnais, la Place de la Liberté fut créée lors de l'expansion de 1852 de la ville. D'abord appelée Place d'Armes, elle ne prit le nom de "Liberté" qu'en 1889.
Aux abords de la place, on trouve deux réalisations architecturales remarquables : le "Grand Hôtel" et le bâtiment des "Dames de France".
Ce dernier, érigé en 1904, abrita, dans un premier temps donc, le Grand Magasin des Dames de France, puis à partir de 1918 le Foyer du Marin, et aujourd'hui le siège de l'Union Patronale du Var (UPV).
Le "Grand Hôtel", quant à lui, fut conçu par l'architecte Jacques sur commande d'un richissime tanneur du nom de Salasc, et construit en 1868-1869. Quelques années plus tard, les chambres de l'hôtel ont fait place à des appartements.
L'histoire de la Place de la Liberté est intimement liée à celle du Monument de la Fédération.
Oeuvre des frères Allar, le Monument de la Fédération, aussi appelé "Statue de la Fédération", dont l'inauguration date de 1890, devait célébrer le centenaire de la Révolution Française.
Le Monument de la Fédération orne la partie centrale de la page d'accueil de Toulonnais.com.
Longtemps, la Place de la Liberté est demeurée le lieu de promenade privilégié de la jeunesse toulonnaise. Aujourd'hui, et suite aux travaux de réaménagement de la place et de ses abords arrivés à terme début juillet 2005, de larges terrasses de café s'y étalent avec en fond sonore le jaillissement de l'eau de la fontaine du Monument de la Fédération.

Le Monument de la Fédération sur la Place de la Liberté            Vue de profil du Monument de la Fédération

Vue satellite de la place de la Liberté



L'opéra-théâtre


Considéré comme l'un des plus beaux opéras de France, le plus grand de province (il peut accueillir 1800 spectateurs assis), et jouissant d'une acoustique extraordinaire (selon les mélomanes initiés), l'opéra-théâtre de Toulon accueille chaque année plus de 50 000 amateurs d'opéras, d'opérettes et autres pièces de théâtre.
L'édifice, dont la première pierre a été posée le 5 mars 1860, a été conçu par l'architecte Léon Feuchères. Sa construction aura duré deux ans (l'opéra fut inauguré le 12 octobre 1862), son coût final s'élevant à 2 400 000 francs.
Le bâtiment exhibe, côté boulevard de Strasbourg, des statues du sculpteur Toulonnais Montagne (1828-1879) représentant six des neuf Muses, et côté place Victor Hugo une entrée monumentale avec portique, des colonnes, des balcons, les statues de la Comédie et de la Poésie Lyrique, par louis Daumas.
L'intérieur, d'ors et de velours et décoré de sculptures, rivalise de faste avec l'immense plafond peint de Jean-Louis Duveau.
La scène occupe une surface de 22 mètres sur 18.
L'Opéra est inscrit aux Monuments Historiques depuis le 25 juillet 1991.

Depuis le 1er janvier 2003, c'est la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM) qui assure la gestion de l'Opéra.

L'Opéra de Toulon            L'entrée de l'Opéra de Toulon

La scène de l'Opéra de Toulon            Le plafond peint par Jean-Louis Duveau

Les loges de l'Opéra de Toulon



Le musée-bibliothèque


C'est le 9 août 1882 qu'est décidée la construction d'un musée-bibliothèque à l'extrémité ouest du boulevard de Strasbourg, sur la proposition du maire de Toulon de l'époque, Henri Dutasta.
Le bâtiment devait abriter les nombreux tableaux, gravures et sculptures, propriété de la ville, exposés, jusque là, sur les murs des salons de l'Hôtel de ville. L'idée avait germé depuis des décennies mais tous les projets avortèrent les uns après les autres, faute de moyens financiers. Et pourtant, la construction d'un tel édifice s'imposait ! Entre les acquisitions, les legs et les dons, l'Hôtel de ville n'héberge pas moins de 103 tableaux et 116 sculptures en 1846.
Edifié selon les plans de l'architecte Toulonnais Stanislas Gaudensi Allar, le bâtiment, de style Renaissance italienne, a été inauguré le 29 avril 1888. Il abrite le Muséum d'Histoire Naturelle de Toulon, le musée d'art, et la bibliothèque de la ville.
La collection du Muséum couvre les principales disciplines naturalistes (botanique, minéralogie etc...). S'y déroulent régulièrement des expositions sur la faune et la flore de la région, sur les minéraux. Le musée d'art propose des collections d'Art Contemporain (photo, peinture, sculpture) mais aussi et surtout des oeuvres de peintres paysagistes Provençaux et Toulonnais dont l'un des plus illustres est sans aucun doute Vincent Courdouan (1810-1893).

Le site officiel du Muséum d'Histoire Naturelle de Toulon et du Var est accessible à cette adresse :
www.museum-toulon.org.

Le Museum d'Histoire Naturelle de Toulon et du Var            Le musée-bibliothèque de Toulon



La statue du "Génie de la Navigation"
dite de "Cuverville"


Sculpté par le Toulonnais Louis Joseph Daumas (dit "Le petit Puget", en référence à un autre sculpteur de renom, Pierre Puget), le "Génie de la navigation" a porté, au fil des temps, le surnom de "Génie de la mer", "Génie militaire", "Génie maritime".
Il est, pour les Toulonnais, "L'Ome negre" ou "L'Homme de bronze".
Erigé en hommage à tous les marins illustres, c'est sous le sobriquet "Cuverville" qu'il est le plus souvent désigné, en raison de l'orientation d'une partie de son anatomie, ou, plus sérieusement, en souvenir du vice-amiral de Cuverville, commandant de la flotte de la Méditerranée en 1895.
D'une hauteur de 3,40 mètres, il a été sculpté en 1843, sur ordre du gouvernement de Louis-Philippe 1er qui souhaitait honorer les grands navigateurs.
Exposé au Salon de Paris en 1845, le "Génie de la navigation" fut érigé sur le carré du port de Toulon le 1er mai 1846, en l'honneur de la fête du roi pré-cité.
En 1883, il fut ceinturé d'une grille en fer forgé.
L'Histoire n'a pas épargné "Cuverville", les bombardements alliés de 1944 amochant sérieusement son socle et ses bras qui furent alors stockés dans un entrepôt municipal. Heureusement, la municipalité Le Bellegou, décida en 1959 sa restauration.
En 1960, le "Génie de la navigation" fut installé dans un cadre de verdure face à la rue d'Alger.
Et c'est sous la municipalité Le Chevallier qu'il reprit sa place sur le carré du port, suite à un référendum local officieux.

Le Génie de la Navigation, dit 'Cuverville'            La statue de Cuverville



La Porte de l'Arsenal


Situé place Monsenergue, la Porte Monumentale de l'Arsenal est de nos jours la porte d'entrée du musée de la Marine.
Construite en 1736 et terminée en 1738, d'après les plans d'un maître sculpteur du roi Louis XV, elle est constituée de colonnes monolithes d'ordre dorique, soutenant un fronton orné de deux statues, de Mars, dieu de la guerre, et de Minerve, déesse de l'intelligence et de la stratégie, en pierre de Calissane (Bouches-du-Rhône).
La porte est surmontée d'un attique sur lequel on peut voir un grand écusson entouré d'armes et de drapeaux, et de part et d'autre, deux enfants soutiennent un bouquet de feuilles d'acanthe.
La porte de l'Arsenal, classée Monument historique depuis le 4 mai 1910, a été entièrement restaurée en 1983 et 1984 par l'architecte en chef des Monuments Historiques.
Elle trône devant le Musée de la Marine depuis 1976.

La Porte de l'Arsenal



La Tour Royale


Appelée aussi "Grosse Tour" en raison de sa dimension importante (60 mètres de diamètre) et de l'épaisseur de ses murs (jusqu'à 7 mètres à la base !), la Tour Royale est la plus ancienne forteresse de Toulon.
Commencée en 1514 et achevée 10 ans plus tard, elle fut construite sur ordre de Louis XII, sur demande de la population toulonnaise qui souhaitait voir le port de commerce sécurisé.
D'abord ouvrage de défense, la Tour Royale devint, au XVIIIème siècle, une prison avec ses cachots souterrains. En 1707, elle prit glorieusement part au siège de Toulon par les Austro-Savoyards. Au cours de la guerre 1870-1871, qui opposa la France à la Prusse alliée aux Etats allemands, elle abrita, dans le plus grand secret, les lingots d'or de la Banque de France.
Elle fut par la suite utilisée comme magasin par la Direction des Constructions et Armes navales, puis redevint une prison durant la première guerre mondiale.
Classée Monument Historique le 11 avril 1947, la Tour Royale abrite depuis 1951 une annexe du Musée de la Marine.
Disposant d'un panorama exceptionnel sur la rade de Toulon, elle a vocation à devenir un outil culturel et touristique. Jusqu'alors propriété de la Défense, l'imposant édifice est rentré dans le patrimoine communal le 19 octobre 2006.

La Tour Royale            La Tour Royale ou Grosse Tour

La Tour Royale : 1514 - 1524            La Tour Royale de l'intérieur

La cour intérieure            Toulon vue depuis la Tour Royale



Le fort Saint-Louis


Le fort Saint-Louis, ou fort des Vignettes, du nom du port aux eaux profondes qu'il devait protéger du mouillage des navires ennemis, a été construit sous le règne de Louis XIV, de 1692 à 1699.
Le projet d'édifier un bâtiment capable de défendre l'entrée de la rade de Toulon fut confié à Antoine Niquet, Ingénieur en chef des Fortifications, et s'inscrit dans la volonté de fortifier la ville et d'agrandir l'arsenal.
Pierre Puget et Vauban sont associés à ces travaux qui vont modifier considérablement et définitivement la physionomie de Toulon.
Inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 29 novembre 1948, le fort est aujourd'hui utilisé par le Club nautique de la Marine.

Le fort Saint-Louis            Le fort Saint-Louis



La Cathédrale Sainte-Marie de la Seds


Commencée au 11ème siècle, sous l'impulsion du Comte de Provence Gilbert de Boson qui désirait faire bâtir une église consacrée à la Vierge Marie, la Cathédrale Sainte-Marie de la Seds, dont le nom vient du latin "sedis" (siège), présente des styles architecturaux hétérogènes.
En effet, l'église romane a été agrandie de 1654 à 1659, englobant du même coup l'ancienne chapelle des Saintes Reliques, construite au 15ème siècle.
La façade de la cathédrale, de style classique, a été édifiée de 1696 à 1701, le clocher de 1737 à 1740.
Le monument renferme notamment un retable datant de 1682 et des tableaux des 17ème et 18èmesiècles.

La Cathédrale Sainte-Marie de la Seds est classée aux Monuments Historiques depuis le 14 novembre 1997.

La Cathédrale Sainte-Marie de la Seds            La nef de la Cathédrale Sainte-Marie de la Seds

L'orgue de la Cathédrale de Toulon


La ville de Toulon
    Les monuments toulonnais
        Les nouveautés à Toulon
           Les projets de la municipalité toulonnaise
                Retour à l'accueil
           Vos anecdotes sur Toulon
        Votre avis sur les nouveautés à Toulon
    Que pensez-vous des projets de la ville ?
Ce qui manque à Toulon selon vous
                      Toulon Provence Méditerranée / Vidéos / E-cartes / Sondages / Partenaires / Plan du site / Favoris / Démarrage / Recommander ce site