Utilisez les flèches rouges pour faire défiler le texte.

07/08/2005

Cliquez pour agrandir la carte des pôles de compétitivité
Le 12 juillet 2005, le Premier Ministre, Dominique de Villepin, a dévoilé la liste des 67 pôles de compétitivité retenus par le Comité Interministériel d'Aménagement et de Développement du Territoire (CIADT) pour relancer la croissance économique française.
15 pôles ont une visibilité internationale, et parmi ceux-là, le pôle Mer, baptisé "Seanergie", défendu conjointement par la Bretagne et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les villes de Brest et Toulon constituent, tout naturellement, les deux coeurs de ce projet.


Qu'est-ce qu'un pôle de compétitivité ?


C’est la combinaison, sur un espace géographique donné, d’entreprises, de centres de formation et d’unités de recherche publiques et privées, engagés dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets communs au caractère innovant.
Afin d'aboutir à une compétitivité et une visibilité internationale, ce partenariat, organisé autour d'un marché et d'un domaine technologique et scientifique spécifique, doit atteindre une masse critique, c'est-à-dire un seuil d'importance qui garantit la performance.


Le budget pour les pôles de compétitivité


Dans un premier temps, le CIADT avait prévu une enveloppe de 750 millions d'euros pour le financement des pôles, qui a été réévaluée, par la suite, à un minimum de 1,5 milliard d'euros sur la période de 2006 à 2008.
L'Etat financera à hauteur de 400 millions d'euros de crédits d'intervention ministériels répartis entre les ministères de l'Industrie, de la Recherche et de l'Aménagement du Territoire.
Les allégements fiscaux (exonérations d'impôt sur les sociétés) et sociaux (exonérations de cotisations sociales pour les chercheurs) représenteront 300 millions d'euros.
800 millions seront versés par les agences et les organismes nationaux (Agence Nationale de la Recherche, Agence de l'Innovation Industrielle, OSEO né de la fusion entre la BDPME et l'ANVAR, la Caisse des Dépôts et Consignations).


La "Seanergie" du pôle de compétitivité "Mer"


En décidant de coopérer pour présenter un projet commun de pôle axé sur la filière maritime, les régions Bretagne et PACA ont fait le pari d'unir leurs forces. Un pari réussi puisque le pôle de compétitivité "Mer" qu'elles défendaient, le bien nommé "Sea-nergie", a été labellisé par le CIADT le 12 juillet 2005.
Développement durable à Tamaris
Basé sur l’innovation dans les domaines de la sécurité et du développement durable, le pôle est porté par deux régions à la pointe de l'innovation dans la filière mer.
En effet, Bretagne et PACA représentent les 3/4 de la recherche française dans ce domaine (construction navale, industrie de défense, sécurité et sûreté en mer, exploitation des ressources énergétiques et biologiques des océans...) .

Synthèse du dossier de candidature
Télécharger la synthèse
du dossier de candidature Sea-nergie

(nécessite Acrobat Reader)

Au total, plus de 50 projets de coopération sont inscrits à travers cinq thématiques :
    -Sécurité et sûreté maritime
    -Ingénierie, maintenance et services dans le domaine
      naval
    -Exploitation des ressources énergétiques marines
    -Exploitation et valorisation des ressources
      biologiques marines
    -Environnement et génie côtier
Le coût de leur mise en oeuvre est estimé à 180 millions d'euros sur 5 ans.


Le pôle "Mer et sécurité" à Toulon


Port de commerce de La Seyne Brégaillon
Dans un contexte économique régional déjà très largement tourné vers la mer (la filière maritime est forte, en PACA, de 103 entreprises industrielles réalisant un chiffre d'affaires de 3 milliards d'euros, 1900 chercheurs publics et privés, 19 500 emplois directs, 200 millions d'euros investis en Recherche et Développement), Toulon sera le centre de décision du comité de pilotage unique du pôle en région Méditerranée.

17 projets de coopération seront portés par les 60 industriels et 40 centres de recherche (dont l'IFREMER), écoles et universités que compte l'aire toulonnaise.
Mer et sécurité dans le port de Toulon
De grands noms tels que la DCN Toulon (Direction des Constructions Navales), Thales, ECA, la CNIM (Constructions industrielles de la Méditerranée), sont associés à ces projets, dont l'ambition est faire de la région toulonnaise un centre d’expertise international dans la maîtrise du milieu marin, des systèmes navals et des risques environnementaux.

Concrètement, cela devrait aboutir à la conception d’une plate-forme de simulation d’un système aéroporté maritime, des recherches en imagerie et vision sous-marines, un service internet en mer via satellite, au développement de systèmes et services de maîtrise du risque environnemental etc...


Combien d'emplois ?


Les systèmes navals représentent aujourd'hui 5000 emplois industriels, auxquels il faut ajouter les 20 000 salariés de la DGA (Délégation Générale pour l'Armement) et de la Marine, essentiellement localisés dans le bassin toulonnais.
Le pôle de compétitivité "Mer et sécurité" a pour ambition de créer 3000 emplois directs supplémentaires et d'en pérenniser 5000 à l'horizon 2008/2010.

Des informations complémentaires sur www.polemerpaca.fr

Retour au dossier actuel



La ville de Toulon
    Les monuments toulonnais
        Les nouveautés à Toulon
           Les projets de la municipalité toulonnaise
                Retour à l'accueil
           Vos anecdotes sur Toulon
        Votre avis sur les nouveautés à Toulon
    Que pensez-vous des projets de la ville ?
Ce qui manque à Toulon selon vous
                      Toulon Provence Méditerranée / Vidéos / E-cartes / Sondages / Partenaires / Plan du site / Favoris / Démarrage / Recommander ce site